Ouverture le 14 juillet ♥ Bienvenue à tous !
N'oubliez pas de réserver votre avatar directement dans le bottin !

Partagez | 
 

 nights with you. (iris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arsène Bellerose
Le Kirikou Bamboula du village
avatar

Courriers : 62
Date arrivée : 15/07/2017
Avatar : reece king, @AILAHOZ
Âge : Tout juste vingt-quatre ans.
Activités : L'gamin bosse entourés d'gamins, entraîneur de football au lycée saint-paul.
Situation : Les sept nains toujours dans l'coin, l'coeur mitigé qui fait boum-sniff-boum.

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: nights with you. (iris)    Mer 19 Juil - 22:10

Parc vide, brise légère, lampadaires reflétant sur le visage du Bellerose. Seul au Square Medicis, heure tardive, habitant endormi. Arsène qui ne suit pas les autres, Arsène qui est sortit pour s'allumer une clope et qui a terminé par s'asseoir sur un banc, autour des arbustes. Arsène pas vraiment fan de la nature, mais Arsène qui n'a pas vraiment de choix. Fiercastel n'a pas beaucoup, faut dire. Le Square, c'est peut-être l'endroit ouvert jusqu'à pas d'heures. Square Medicis, sauveur d'Arsène. Endroit où il peut s'échapper, fermer les yeux et profiter du vent qui vient frapper sur son visage. Il n'a pas peur, Arsène. Au moindre bruit, il ouvre les yeux et regarde aux alentours. Mais faut dire que tout le monde à l'oeil fermé à cette heure-ci. Il ne craint rien. Fiercastel accueille, en partie, que des petits vieux ou encore des adolescents perdus. Il ne se fera pas frapper ou agresser. Fiercastel, patelin trop peu habité par des personnes du genre. Ici, on fait mal avec les rumeurs. Fausses ou vraies, on s'en fout pas mal. Oreilles indiscrètes, bruits qui s'échangent discrètement et qui deviennent, par la suite, le sujet drame de la semaine. Il n'a jamais compris le but, si ce n'est que de la distraction. Arsène n'a jamais été fan. Dire que les Bellerose font souvent office de plaintes et de rumeurs décalées. Il n'a jamais voulu que sa famille soit impliquée dans ces messes basses. Seulement, depuis que les enfants savent marcher, crier et penser, ils sont victimes de rumeurs et de plaintes continues. Chose qu'ils aiment, dont ils ne se plaignent pas. Une distraction pour tout le village, un cauchemar comme un sujet d'amusement. Bordel, ce qu'il les aime, ces foutus Bellerose. Arsène rouvre les yeux, attrape une clope de son paquet presque vide et se l'allume. Il fume comme un pompier, le Bellerose. C'est mauvais, mais ça le détend. Mauvaise excuse, mais il s'en fout pas mal. Lorsqu'il entend quelques craquements - sûrement des brindilles, il tourne sa tête vers l'entrée du Square. Il hausse un sourcil, Arsène ne pensait pas être dérangé à une telle heure. Lorsque le visage de la belle s'éclaircit grâce aux lampadaires, Arsène hausse son deuxième sourcil, par surprise. Iris. Fan de balades nocturnes ? Il demande, n'attendant aucune réponse de la demoiselle. Il parle car il ne peut pas fuir. Arsène n'a pas de choix. Elle l'a sûrement déjà vu. Qu'est-ce que tu fous dehors à une heure pareille ?  Il sonne presque comme un père engueulant sa fille, sans la colère derrière ses mots. Simplement de la curiosité. Cependant, on peut entendre à son ton qu'il n'est pas l'homme le plus heureux sur terre. Il se serait passé de cette rencontre avec plaisir. J't'emmerde, le hasard.

_________________

- break me down -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris Laroche

avatar

Courriers : 19
Date arrivée : 18/07/2017
DC : aucun.
Avatar : florescentia (bazzart)
Âge : vingt ans.
Activités : surveillante, cantinière au lycée saint paul et membre de la chorale de l'église.
Situation : torturée.

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: nights with you. (iris)    Jeu 20 Juil - 9:44



Un changement de destination, une route empreintée qui n’a plus de secret pour personne, et l’envie soudaine de respirer l’air. Un besoin vital ayant nul autre pareil, Iris est seule ce soir et la morosité vient frapper à sa porte, telle une faucheuse assoiffée. Ses pas résonnent dans le soir, les cailloux du bitume se creusent sous ses pieds, la démarche lente. Elle écoute de la musique dans ses écouteurs, se plait à fredonner les paroles comme un murmure, une ballade nocturne. Iris ne pose son regard nulle part dans cette ville qu’elle connait par cœur, sa présence n’est que physique, son aura est ailleurs. Elle se satisfait de ne croiser personne à cette heure tardive, pas un ancien qui tenterait de lui parler des heures, pas même un lycéen qu’elle ferait semblait de ne pas reconnaitre. Ses doigts viennent remettre une mèche tombante derrière son oreille, la jeune femme est ailleurs, mais pour un court moment. C’est quelques mètres plus loin que son visage se relève, prêtant attention à la silhouette qu’elle aperçoit au loin, posée dans le square. Une étrange sensation qui l’envahit la pousse à se rapprocher, trop curieuse. Iris a toujours tenté d’éviter les on-dit,  les ragots qui se propagent à une vitesse folle, mais là ce soir, elle sent que c’est autre-chose. Une personne qu’elle connait bien, un mirage dans le désert qui se montre enfin. Arsène. L’air est frais, le vent glisse lentement et pousse les pointes de ses cheveux, d’un geste lent, Iris retire les écouteurs de ses oreilles et c’est à son cœur de continuer la musique. Il bat cette organe, mais il est meurtrit par son absence, il tente en vain de se reconstruire, mais saigne à chaque fois qu’elle l’aperçoit. Iris avance, la démarche presque hésitante, mais le moment est sûrement venu de parler à cœur ouvert. Le moment est bien choisit, l’endroit vide et personne aux alentours pour venir épier leurs moindres paroles. Cependant, elle n’est pas sereine, son courage la pousse à se rapprocher, mais ses lèvres n’ont pas la force d’entamer la conversation. Heureusement, c’est Arsène qui s’occupe de cette partie, posant deux questions consécutives. Iris est proche, assez pour que son regard se perde dans ses yeux bruns, ceux qui ont fait naitre ses sentiments pour lui. « Je te retourne la question » elle préfère rester évasive étrangement, mais elle se fout totalement de sa raison d’être ici, la brune préférait qu’il lui avoue les raisons de son éloignement. Qu’il lui explique pourquoi il ne la regarde plus de la même manière, pourquoi est-ce qu’il n’est plus présent pour elle.  « on peut parler ? je ne voudrais pas te déranger » ajoute-t-elle dans la foulée, peut-être attend-t-il quelqu’un ? Même si cette hypothèse lui briserait le cœur, elle patiente, debout devant lui, tentant de ne pas faillir. « j’aimerais juste discuter avec toi, si tu as le temps » le ton est fébrile, malgré sa posture droite et son envie irrépressible de se jeter dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
nights with you. (iris)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ninety-Nine Nights
» Booster Arabian Nights
» NeverWinter Nights 2
» [FSX] IRIS F-16
» Dans son regard absent et son iris absinthe...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Provincial Life — Little town, it's a quiet village... :: FIERCASTEL - GRAND EST :: RUE DES CERISIERS :: Square Medicis-
Sauter vers: