Ouverture le 14 juillet ♥ Bienvenue à tous !
N'oubliez pas de réserver votre avatar directement dans le bottin !

Partagez | 
 

 blitzkrieg bop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adrien Soraux

avatar

Courriers : 11
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : Markel Williams, cosmic light
Âge : Vingt-cinq ans
Activités : 6h30 - 00h30
Situation : Plus rien n'a vraiment de sens.

MessageSujet: blitzkrieg bop    Sam 15 Juil - 18:02


   

   ADRIEN SORAUX
   I've got millions on my mind
   

   
( Prénoms ) Adrien. Rien de plus à en dire. C'est banal, c'est bien. ( Nom ) Soraux. Oui, c'est le nom du militaire qui s'est installé dans le village, il y a vingt-cinq ans de cela ? peut-être plus, le nom du militaire qui n'est jamais rentré d'Afghanistan. ( Surnoms donnés dans le village ) Le fils de la barge, mais seulement quand les oreilles d'Adrien ne traîne pas. Il l'a déjà entendu, certaines personnes ne cherchent pas à être discrète. Banania, aussi. Un vestige du collège. ( Date de naissance ) 31/12/1991 ( Âge ) 25 ans ( Lieu de naissance ) Fiercastel, France ( Activités ) Il travaille au domaine des Cazeaux, salarié viticole à l'année. Il aime ce qu'il fait, et pourrait le faire toute sa vie, mais son rêve est ailleurs. ( Etat civil ) Il a déjà essayé, il a trompé, il s'est trompé, et en a conclu qu'il est plus facile d'être seul qu'à deux. ( Situation familiale ) Fils unique, père tué en 2002, en Afghanistan, mère schizophrène qui demande toute son attention. ( Depuis combien de temps vivez-vous à la campagne ) Les parents de sa mère vivaient à Fiercastle. Les parents d'Adrien s'y sont installés juste après leurs décès, et c'est ici qu'Adrien est né. ( Groupe ) Evermore


   En Simone

   Pour vous, la vie à la campagne est synonyme de... C’est ma vie. J’y suis né. Je la traverse chaque jour. C’est ma vie, c’est mon quotidien, et il a beau être aussi noir et tordu qu’un roman de King, c’est le quotidien dans lequel je baigne et j’imagine qu’on se sent rassuré dans ce qui nous est familier, même si ce familier n’est pas très reluisant.
   Êtes-vous populaire au sein des villageois ? Je pense être assez populaire, dans les conversations du moins. Le fils de la barge, le petit au lait, ou je-ne-sais quel surnom qu’on utilise pour me désigner, ma vie doit leur sembler assez intéressante pour être source de discussion. On me sourit, aussi. J’y vois de la pitié, la plupart du temps. Les quelques sourires sincères, ceux qui n’ont pas d’arrières-pensées, sont rares.
   Aimez-vous les potins ? Je pourrais dire que je n’aime pas les potins. Principalement parce que je ne veux pas en être la source, même si ne pas aimer les potins n’empêche pas d’en être le centre. Mais aussi pour me donner bonne conscience. Pour me fausser. Parce que oui, j’aime les potins, mais dire l’inverse allège ma culpabilité. Je ne devrais pas. Mais la curiosité me consume. J’ai toujours observé les autres, imiter les autres, admirer les autres, alors j’imagine que les potins, ça m’aide à m’évader un peu, même si le vrai est souvent difficile à distinguer du faux.
   Quelle relation entretenez-vous avec votre famille ? Le mot « famille » se résume à ma mère. Il n’y a plus qu’elle. Fille unique, parents décédés. Moi aussi, je suis fils unique, avec un père originaire de Mayotte, dont la famille m’est totalement étrangère. Peut-être que j’ai encore des grand-parents, quelque part sur cette île. Peut-être que j’ai une myriade de cousins. Mais ils n’ont jamais vraiment apprécié qu’il se marie à une blanche. Ils n’ont jamais vraiment apprécié qu’il se marie à une non-musulmane. Je pense qu’ils l’ont oublié. Ils ont dû pleurer sa mort, mais n’ont eu aucune compassion pour la mère et l’enfant que mon père a laissé derrière lui. Alors « famille », c’est un grand mot. Il n’y a que ma mère, pour qui je suis tout, et qui est mon tout également.
   Aimeriez-vous habiter en ville ? Non. Absolument non. La campagne, la nature, le calme, la solitude, les odeurs, les longues marches dans les bois, dans les champs. Ma vie est ici. Dans la maison familiale, cette ancienne ferme que ma mère ne veut pas quitter, et dans laquelle je mourrai probablement.
   Croyez-vous que la vie d'un individu soit tracée dés sa naissance ? La destinée, c’est une de ces conneries que les hommes ont inventé pour se donner bonne conscience, pour se dédouaner, se déculpabiliser. La vie d’un individu, c’est les choix qu’il fait, ou qu’on a fait pour lui. Point.
   Qu'attendez-vous de la vie ? Relancer la ferme. Devenir éleveur. Devenir agriculteur. Vivre de mes seuls mains. C’est mon rêve, c’est aussi celui de ma mère. Je veux reprendre cette ferme, qui tombe en ruines, chaque jour. La refaire vivre. C’est tout ce que j’attends de la vie. J’ai appris à ne pas être trop exigeant.



   La petite dans la prairie

   « 
Constamment j’ai l’impression d’avoir l’estomac noué. Le cœur serré. En quitant la maison le matin, après m’être assuré que tout aille bien, j’ai ce sentiment d’étouffer, cette sensation de marcher sur un fil, de pouvoir chuter à n’importe quel moment. Je m’arrête souvent plusieurs minutes derrière la porte d’entrée, l’oreille tendue, si jamais elle crie mon nom lorsqu’elle aura réalisé que je ne suis plus avec elle. Plusieurs fois je l’ai retrouvée à me suivre à travers champs. Plusieurs fois j’ai été surpris de la voir au domaine Cazeaux avant moi, sans avoir d’explication sur le comment du pourquoi, ni sur le pourquoi du comment. Constamment, je quitte la maison avec cette question existensielle qui ponctue mes journées : que va-t-il se passer, aujourd’hui ? Quelque fois elle n’a pas la force de sortir, alors elle appelle frénétiquement l’accueil du domaine. Quelque fois, elle décide d’allumer la vieille sono et de la pousser à fond, inondant le village de rock, la plupart du temps les Ramones, avec pour objectif que les notes de musique atteignent le domaine et m’alertent. C’est souvent un employé communal qui se charge de le faire. Quelques mots répétés, choisis avec délicatesse, ou non, toujours avec maladresse. Constamment, je travaille avec une énergie insoupçonnée, faisant deux fois plus vite ma charge de travail afin d’essayer de faire passer le temps un peu plus vite, quelque fois réussissant à partir un peu plus tôt pour m’occuper d’elle.
Elle me tue. Je sais qu’elle me tue. Mais elle a besoin de moi, et c’est bien tout ce qui compte. Alors constamment, je me réveille, je m’assure qu’elle dort toujours et je la laisse lentement sortir de son sommeil avec l’odeur du café et du pain chaud. Les quelques minutes après son réveil sont les plus belles que je puisse passer avec elle. C’est souvent à ce moment qu’elle est vraiment elle-même. C’est là que je la retrouve, avant de voir ce voile réapparaître dans son regard, cette folie se propager en elle et reprendre contrôle de ses pensées. Je lui donne des objectifs, avant de partir. Ranger la grange. Acheter du beurre, ou de la farine, ou n’importe quoi à l’épicerie, et rentrer immédiatement. Des trucs simples. Des choses abordables, normales. Je l’embrasse et je pars au domaine Cazeaux pour la journée. Et chaque minute qui passe l’angoisse me hante.
Sauf lorsque M déambule dans le domaine. Lorsque M est dans les parages rien n’a plus beaucoup d’importance. Je le regarde marcher. Je ne rate aucun de ses mouvements. J’espionne chacune de ses expressions. C’est le plus bel homme que je n’ai jamais rencontré, et dieu que je tuerai pour le ressembler. Comme Grenouille qui tue pour s’emparer du parfum de ses victimes. Je suis sûr que celui de M serait divin. À chaque fois que je le croise d’assez prêt j’essaye de capter son odeur. De l’effleurer, par accident prémédité. J’ai réalisé qu’apercevoir M était la seule chose qui me permettait de tenir ces derniers temps. Et j’ai réalisé que c’était la chose la plus débile qui soit. Le sentiment le plus dangereux qui soit. Je le suis, quelque fois. Je le suis entre les vignes, je le suis jusqu’aux caves, je le suis sans autre raison que celle de le suivre et d’admirer sa démarche, d’admirer ses formes, d’admirer sa nuque. Je le déteste, M, surtout lorsque je ne le vois pas pendant des jours. Son image s’estompe peu à peu de ma tête mais le souvenir de son sourire, qui m’est rarement destiné, le souvenir de son odeur, lorsque j’arrive à la capter, m’enivre pendant des semaines. Et je le déteste autant que je me déteste d’avoir ces pensées. Mais c’est probablement la meilleure chose qui puisse m’arriver dans ma monotonie quotidienne. Un quotidien sans réel saveur.
Après le domaine, je rentre. Même chemin, à travers champs, seul, la plupart du temps, même si quelque fois ma mère remplit un de ses objectifs, qui est de venir à ma rencontre. Je n’aurai jamais du l’habituer à faire cela. Maintenant, même quand je ne lui demande pas de le faire, elle vient tout de même me chercher, parfois jusqu’au domaine, et depuis je regarde toujours autour de moi de crainte de la retrouver au milieu d’un champ, complètement perdu, ou en train de s’attaquer à deux ou trois vaches qu’elle doit prendre pour des démons d’outre-tombe. Je rentre, je cherche ma mère si besoin, je prépare le repas et on mange, souvent dans un silence religieux. Elle sait ce qu’elle me fait subir. Elle sait qu’elle m’asphixie. Elle sait que j’étouffe peu à peu et qu’elle est une des raisons de cette détresse. Mais elle a besoin de moi. Autant que j’ai besoin d’elle. C’est comme un pacte signé tacitement. Je la sauve. Elle me sauve en retour. Car même si elle vacille, elle est mon ancre, et même si quelque fois elle est la raison pour laquelle je manque de chavirer, elle arrive toujours à me remettre sur pieds, comme je l’aide à la remettre sur pieds chaque jour. Après le repas, on regarde la télévision. Elle s’endort sur le canapé, souvent, et je la porte, toute émacié qu’elle est, jusqu’à la chambre d’amie qui est devenue sa chambre habituelle. Hors de question de dormir dans le même lit qu’elle a partagé avec mon père pendant de si longues années. Hors de question de subir ce vide pesant. Neuf fois sur dix elle passe la nuit sans se réveiller. Mais lorsque elle est prise de cauchemars et qu’elle sombre dans son enfer personnel … Disons que, lorsque ça arrive, ces nuits-là sont difficiles.
 »


   Une petite pour la route

   (pseudo/prénom) Yeatso (âge) 25 ansssss (pays) France (où as-tu connu Provincial Life ?) J'en ai rêvé la nuit dernière (bazzart qwaaa) (type de personnage) Inventé. (avatar) Markel Williams (mot de la fin) Aimez-moi aimez-moi aimez-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Vignaux

avatar

Courriers : 143
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : camille rowe (spleen.ocean)
Âge : vingt huit années.
Activités : elle vend, encaisse, ces produits fins qu'elle ne peut pas s'offrir. elle suit en parallèle une formation d'infirmière sur le net.
Situation : le coeur en vrac. un amour qui n'en fini pas depuis quinze ans.

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Sam 15 Juil - 18:21

bienvenue I love you
je ne connaissais pas markel, mais dieu ce charisme
hâte d'en lire plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cazeaux

avatar

Courriers : 55
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : sophia bush.
Âge : trente deux ans.
Activités : actuellement, elle travaille dans un ranch même si elle se sait condamné à faire du vin..
Situation : Célibataire depuis un petit moment, mais chut !

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Sam 15 Juil - 20:55

Bienvenue dans le coin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeve Faure

avatar

Courriers : 71
Date arrivée : 15/07/2017
Avatar : cailin russo. (@ailahoz)
Âge : vingt-deux ans.
Activités : les mains dans les poches.
Situation : coeur artichaut.

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Sam 15 Juil - 22:07

hey ho, let's go Arrow
j'connaissais pas markel, mais je l'aime déjà
bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Sam 15 Juil - 22:52

bienvenue Ad' chez toi.
bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Maxence Cazeaux
Friendzoneur de l'extrême
avatar

Courriers : 316
Date arrivée : 21/12/2016
Avatar : eidem.
Âge : 29 ans, bientôt les 30.
Activités : Propriétaire de l'épicerie fine Henri & Lila.
Situation : Toujours la même fille qu'il a dans la tête depuis 15 ans.

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Dim 16 Juil - 12:51

Banania ....
Pas sympa mais rigolo
Bienvenue ! J'attends ton nouveau MP du coup

_________________

Au premier temps de la valse, toute seule, tu souris déjà, au premier temps de la valse, je suis seul mais je t'aperçois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://provincial-life.forumactif.com
Adrien Soraux

avatar

Courriers : 11
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : Markel Williams, cosmic light
Âge : Vingt-cinq ans
Activités : 6h30 - 00h30
Situation : Plus rien n'a vraiment de sens.

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Dim 16 Juil - 14:14

Merci tout le monde, vous êtes des chou I love you I love you .
Pas sympa, mais y a pas longtemps mon neveu m'a raconté sa journée typique au collège et "banania" est sorti de nul part .
Le MP arrive .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nour Huidji

avatar

Courriers : 34
Date arrivée : 15/07/2017
Âge : 17 étoiles
Activités : Tu travailles pas, tu vas même pas a l'école
Situation : Trois ainés sont au dessus, un père présent, une père qu'elle accuse de tous les maux. Niveau amour elle l'aime mais jamais elle ne le dira, elle prèfère lui envoyer des insultes à la tronche

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Dim 16 Juil - 14:15

Quel choix tellement rare sur les forums
bienvenue et bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beau Lorgeoux
Super sale gosse !
avatar

Courriers : 93
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : tom holland // moony
Âge : 17 ans
Activités : nada
Situation : c'est un peu l'chaos

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Dim 16 Juil - 14:24

HEY OH LET'S GO !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien Soraux

avatar

Courriers : 11
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : Markel Williams, cosmic light
Âge : Vingt-cinq ans
Activités : 6h30 - 00h30
Situation : Plus rien n'a vraiment de sens.

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Dim 16 Juil - 14:30

@Beau Lorgeoux a écrit:
HEY OH LET'S GO !

Je n'en pouvais plus quand je l'ai entendu à la fin du film, si tu as vu le film, mais j'imagine que tu as vu le film . Merci pour l'accueil .

Nour, Markel c'est mon bébé, il a tellement de charisme, I love you I love you . Mais ta belle je l'ai jamais vue avant, non plus, alors je te retourne le compliment (et le pseudo est awesome I love you ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beau Lorgeoux
Super sale gosse !
avatar

Courriers : 93
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : tom holland // moony
Âge : 17 ans
Activités : nada
Situation : c'est un peu l'chaos

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Lun 17 Juil - 11:59

OUIJnbhvytcy j'étais instable je dansais dans mon fauteuil c'était magnifique hehe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien Soraux

avatar

Courriers : 11
Date arrivée : 14/07/2017
Avatar : Markel Williams, cosmic light
Âge : Vingt-cinq ans
Activités : 6h30 - 00h30
Situation : Plus rien n'a vraiment de sens.

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Mar 18 Juil - 10:48


(pareil)
bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Cazeaux
Friendzoneur de l'extrême
avatar

Courriers : 316
Date arrivée : 21/12/2016
Avatar : eidem.
Âge : 29 ans, bientôt les 30.
Activités : Propriétaire de l'épicerie fine Henri & Lila.
Situation : Toujours la même fille qu'il a dans la tête depuis 15 ans.

[ la belle vie ]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    Mar 18 Juil - 10:59

pfiouh. c'est vraiment beau tout ça. j'aime ta fiche et j'aime ce petit gars I love you
je te valide

_________________

Au premier temps de la valse, toute seule, tu souris déjà, au premier temps de la valse, je suis seul mais je t'aperçois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://provincial-life.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: blitzkrieg bop    

Revenir en haut Aller en bas
 
blitzkrieg bop
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Early War: supplement "Blitzkrieg"
» Pour vous occuper, Blitzkrieg, le jeu de stratégie par forum
» [infos] Weekend Blitzkrieg le 1 & 2/11 chez les Nerviens
» Blitzkrieg mod pour Company of Heroes
» Initiation Blitzkrieg Commander vendredi 19 juin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Provincial Life — Little town, it's a quiet village... :: JOURS ENCHANTES :: LES COEURS EN FÊTE :: les villageois-
Sauter vers: